SF / Silicon Valley : interview de Michaël Uyttersprot et Vincent Battaglia de Instaply

Bonjour à tous,

Instaply logoVoici une interview de Michaël Uyttersprot et Vincent Battaglia de Instaply, entreprise qui développe une application de mise en relation des enseignes et des clients via messagerie instantanée. Basée à San Francisco, Instaply devrait prochainement se lancer en France avec plusieurs enseignes partenaires !

Mais tout de suite… l’interview :

Pouvez-vous vous présenter ?

MU : Je m’appelle Michaël Uyttersprot, j’étais développeur java et web en Belgique pendant plusieurs années puis je me suis intéressé à Android et j’ai commencé à faire des applications. J’avais l’impression d’avoir atteint la limite de ce que je pouvais faire en Belgique et j’ai eu l’opportunité d’aller chez Instaply et donc me voilà à San Francisco.

VB : Je m’appelle Vincent Battaglia, je suis Head of Product chez Insplay. J’ai un background informatique, j’ai fais une licence en informatique en Belgique. Par la suite, j’ai travaillé dans des agences web puis j’ai créé ma propre agence. Ensuite, j’ai rejoint Storify dans la Silicon Valley en octobre 2011, j’y suis resté 1 an et demi et voulant changer j’ai rejoint Instaply avec Fabien (CEO) en janvier 2013 quand le project n’en était encore qu’à ses prémices.

Instaply Vincent et Michael

Pouvez-vous présenter Instaply ?

VB : Instaply est une plateforme de texting pour la relation client. Cela ressemble à Whatsapp (interview réalisée avant le rachat par FB) sauf qu’on ne texte pas ses amis mais ses magasins favoris. Ex : un matin de sport, d’outillage etc.

Pour l’instant, on contacte un magasin soit via le téléphone soit par email. Nous avons ajouté le canal texting qui est préféré par l’utilisateur car les personnes n’aiment pas téléphoner quand elles ne connaissent pas la personne et l’e-mail est très lent. Du coup, aussi bien l’utilisateur que les professionnels préfèrent le texting.

Pouvez-vous donner un exemple concret d’utilisation de l’application ?

MU : Oui, à SF il y a une chaine de magasin de quincaillerie appelée Cole Hardware, avec 4 ou 5 magasins sur la métropole. Typiquement, en tant que bons belges, on brasse tous les deux une bière chez soi ! J’avais besoin d’une bassine pour nettoyer mon matériel ce qui fait que je les ai contacté via Instaply pour leur demander s’ils en vendaient ! Et, j’ai eu une réponse très rapidement détaillant ce qu’ils vendaient avec des informations sur : les différents modèles, tailles etc. Puis, j’ai demandé jusqu’à quelle heure ils étaient ouvert dans mon quartier et j’ai pu aller chercher le produit !

Quels sont pour vous les avantages de s’être installé dans la Silicon Valley ?

MU : C’est surtout la quantité de « tech guys » qui sont ici et les startups que l’on côtoie. De plus, il y a plein de meetups ce qui nous stimule d’un côté technique. Par ailleurs, il y a beaucoup de fonds d’investissements et on peut lever plus d’argent.

VB : On peut faire un parallèle entre la Silicon Valley pour les startups et Hollywood pour le cinéma ! Sinon, effectivement, il y a beaucoup de plus de profils techniques différents et de VCs mais cela n’est pas forcément plus facile car il y a beaucoup plus de concurrence ! Il faut se battre pour embaucher et lever de l’argent !

Les retailers de la Silicon Valley sont-ils plus enclin à tester des innovations comme Instaply ?

MU : Un des avantages de SF, c’est la population qui est très jeune donc l’adoption des nouvelles technologies est plus facile qu’ailleurs dans le monde.

VB : Ils sont aussi en avance par rapport à l’Europe sur les usages des réseaux sociaux etc. Ce qui fait qu’ils sont plus ouvert à ce genre de choses.

Maintenant, la Silicon Valley n’est pas le paradis du retail ! Les grands groupes de retail ne s’y trouvent pas. Donc, pour nous, c’est plus difficile car ce n’est pas ici que cela se décide si tu veux pouvoir « attaquer » les grandes enseignes.

Quels sont en ce moment vos startups favorites de la Silicon Valley ? 

MU : En ce moment, c’est Lyft qui révolutionne le secteur traditionnel du taxi (application qui permet à des particuliers de transporter des personnes sur demande). Rares sont les villes où j’ai eu de bonnes expériences avec les taxis ! Or, avec Lyft les chauffeurs sont notés par les utilisateurs ce qui permet d’auto-réguler la qualité de l’offre. De plus, l’application est sociale et elle permet de voir où mon véhicule se trouve et donc d’avoir accès au profil du chauffeur etc.

VB : J’aime beaucoup des entreprises, qui ne sont plus des startups, comme Dropbox, Salesforce, Zendesk… Car c’est des exemples pour moi ! C’est vers cela que j’ai envie d’amener Instaply. C’est des boîtes qui ont réussit et font de l’argent ce qui fait qu’elles sont indépendantes et ne doivent pas se faire racheter car elles n’ont pas de « couteau sous la gorge ».

Pour des petites startups… j’ai découvert récemment Duolingo (située à Pittsburg) qui est une application permettant d’apprendre de nouvelles langues et j’apprends ainsi l’espagnol avec depuis plusieurs semaines !

Merci. 

Et pour finir une vidéo présentant l’application.

Retrouvez l’application sur iOS et Android (gratuite).

A bientôt,

Article written by

Etudiant en année de césure. Passionné par le web, les nouvelles technologies, l'entrepreneuriat et les voyages !

One Response

  1. […] Voici une interview de Michaël Uyttersprot et Vincent Battaglia de Instaply, entreprise qui développe une application de mise en relation des enseignes et des c  […]

Please comment with your real name using good manners.

Leave a Reply