Nairobi, pole majeur du web africain se rêve en hub mondial

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vais vous parler de Nairobi. Cette ville est le principal pôle pour le web en Afrique anglophone. Google et Microsoft y ont leurs sièges régionaux tout comme l’ONU. Si le « secteur startup » au Kenya et en Afrique peut nous paraitre en retard… sur certains domaines comme le paiement mobile il n’en est rien.

nairobi

Les points forts de Nairobi :

  • Présence des poids lourds du secteur : Google, Microsoft, IBM, Samsung, etc.
  • Pays anglophone
  • Siège africain de l’ONU
  • De plus en plus d’incubateurs et accélérateurs : iHub, Nailab, m:lab East Africa, iLab Africa,…
  • Un des principaux pôles web et startups d’Afrique
  • Plusieurs grandes réussites : M-PesaUshahidiAfroes, SleepOut, m-Farm
  • Des nombreuses universités (University de Nairobi, Université Kenyatta,…) dont certaines qui aident dans les startups comme la Strathmore University.

Nairobi et ses télécoms

Dans les années 1990 il n’y avait pas de téléphonie mobile et encore moins internet au Kenya. Mais en une décennie tout a changé. Au début des années 2000, le gouvernement a libéralisé le marché de la téléphonie. Ce qui a permit à Safaricom (filiale de Vodafone), Celtel (Vivendi, aujourd’hui Bharti Airtel), Telkom Kenya (rachetée par Orange) et Yu (Essar Telecom) de s’implanter. Les téléphones portables proposant une communication plus fiable que la téléphonie fixe dans le pays, les ventes ont explosé.

M-Pesa a été créée en 2007 par Safaricom pour permettre aux personnes ne disposant pas de comptes bancaires de se faire des virements et de payer des magasins via SMS (les gens déposent au préalable de l’argent chez safaricom). Les concurrents ont suivit avec Zap (Celtel), YuCash (Yu),… Cela peut paraitre fou, mais oui, les kenyans pouvaient payer en magasin via mobile déjà en 2007 alors que nous y arrivons seulement aujourd’hui en France !

Puis, les grands groupes comme Nokia, Google, Microsoft et Samsung se sont implantés. Les incubateurs locaux sont apparut et une véritable scène startup est née. Aujourd’hui la plupart des startups se situent autour de Ngong Road et Ring Road Kilimani (autour de iHub).

Konza Technology City

konza-tech-city

Le projet fou de créer leur propre Silicon Valley, la « Silicon Savannah » à Konza City (ville en création) a été dévoilé en 2008 et devrait sortir de terre d’ici 2030. Le projet à prit du retard et les travaux n’ont pas encore commencé mais les négociations avancent.

Le but de ce projet est de créer une ville avec des universités, des logements et des sièges d’entreprises afin d’y installer les multinationales technologiques et les startups. L’idée est de développer un lieu propice à l’innovation loin de la congestion et de l’insécurité de Nairobi qui freine le développement et les investissements, selon le gouvernement.

En effet, il y a encore un long chemin pour faire de Nairobi un pôle capable de rivaliser mondialement. Les nombreux problèmes de sécurités, les attentats et les enlèvements dans le pays,… de même qu’un manque d’infrastructures en sont les principales causes. Par ailleurs, il y a un manque cruciale de développeurs, ingénieurs et designers. Alors, oui, le Kenya est un pays d’avenir qui commence à percer mais la route est encore semée d’embuches.

A bientôt,

Article written by

Etudiant en année de césure. Passionné par le web, les nouvelles technologies, l'entrepreneuriat et les voyages !

Please comment with your real name using good manners.

Leave a Reply